Carouge

Carouge est une création du XVIII ème siècle, sous la souveraineté du royaume de Piémont-Sardaigne.
Le roi Charles-Emmanuel III cherchait à créer une ville sans fortifications et Carouge avait le bon profil. Qui dit royal dit perspectives: les avenues carougeoises s’ouvrent sur des vues dégagées. C’est à Carouge que le style architectural sarde se distingue par ses maisons basses à deux étages et colorées, munies de coursives qui donnent sur des jardins aux plantes méditerranéennes. Dans les temps anciens, le pont de Carouge assurait un flux commercial de premier ordre entre la Méditerranée et le sud de l’Allemagne, via Lyon ou le col du Saint-Bernard. En bref, Carouge est la petite Italie de Genève où on aimerait tous habiter parce que c’est plein de petits bistros sympathiques, de terrasses fleuries et de chocolateries de renom.  Il fait bon flâner sur ses larges avenues garnies de splendides fontaines  et entourés de platanes. Le marché de Carouge, les samedis ou mercredis vaut le détour pour ses produits locaux, des fromages de chèvre du Salève aux vins genevois, en passant par les fleurs et les huiles de noix ou de colza, tout est bon.